Comment exister dans cette jungle intergalactique qu’est le World Wide Web ? Comment être sûr qu’un article publié sur votre site ne stagne pas tel une épave dans les abysses de Google ? Le référencement naturel (SEO, pour search engine optimisation) est une obsession partagée, à juste titre, par tous les chargés de communication, blogueurs et autres webmasters. Mais s’il existe bien quelques règles élémentaires à suivre pour vous donner toutes les chances d’être vus et lus par votre audience, le véritable enjeu se trouve peut-être ailleurs…

Pour aider Google à se repérer dans votre article et l’indexer correctement, commencez par appliquer ces quelques règles de longueur ou de mise en forme html. Une sorte de minimum syndical SEO, et des règles qui ont aussi un véritable intérêt en termes de lisibilité :

  • Rédigez un titre, mis en forme avec les balises <h1> (env. 70 caractères espaces compris)
  • Rédigez un chapô, avec les balises <h2> (env. 250 caractères espaces compris) : il doit permettre de comprendre immédiatement ce dont l’article va parler et comprendre, si possible, quelques mots clés. Par exemple, dans cet article, vous retrouvez l’acronyme SEO dans le titre et dans le chapô.
  • Rédigez le corps du texte, avec les balises <p> : l’ensemble de l’article doit faire au moins 300 mots (environ) pour être pris en compte par l’algorithme de Google.
  • Rédigez des intertitres, avec les balises <h3> (env. 70 caractères espaces compris), pour un texte aéré.
  • Identifiez les mots-clés correspondant à votre contenu, mettez-les en avant intelligemment dans le titre et le chapô, et graissez les phrases dans lesquelles ils apparaissent dans le corps du texte
  • Choisissez un visuel pertinent
  • Intégrer des liens externes et internes
  • Rédigez des métadonnées (Titre SEO, metadescription)

Par-delà le SEO : l’importance d’un contenu éditorial de qualité

Si le SEO semble souvent un peu technique et intimidant, ces règles ne sont pas aussi rigides qu’elles y paraissent. Si votre sujet mérite vraiment 1000 mots et un long chapô, n’ayez pas peur : allez-y ! Globalement, l’évolution de Google depuis plusieurs années fait que le référencement et la qualité éditoriale convergent de plus en plus. Depuis 2015, c’est la technologie d’intelligence artificielle Google RankBrain qui hiérarchise les résultats de recherche : en mobilisant notamment la « recherche sémantique », Google ne se laisse plus duper par de simples mots clés, mais prend en compte des données textuelles beaucoup plus larges, comme le champ lexical, pour comprendre plus finement les requêtes des internautes et identifier le contenu qui y répond le mieux.

Alors plus que jamais, placer l’optimisation SEO avant la qualité du contenu est un non-sens. Un contenu qui n’est pas intéressant, pertinent, utile, original et bien écrit, même « optimisé » à grands renforts de mots-clés et de métadonnées ne sera jamais, jamais efficace. En revanche, une véritable stratégie éditoriale, bien pensée et réalisée, peut tout changer.

À vous de jouer !

En V.F.: « Oh, ton entreprise n’a pas de stratégie de contenu ?… Je t’en prie, continue à te plaindre de ne pas avoir d’audience sur internet. »

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.