Vous aimez les mots ? Les mots lus, dits, écrits, entendus ? Ecriveron a préparé une petite liste au Père Noël, juste pour vous ! Et pour nous aussi, on avoue.

Le « smart writing » selon Moleskine – Vos mots du papier à l’écran

Ah, les joies de l’écriture manuscrite, la douceur du papier sous les doigts, le bruit du crayon sur la page… Des bonheurs disparus, à jamais remplacés par claviers, écrans et cloud ? Pas si sûr ! Marque adorée des amoureux du papier, Moleskine a créé toute une gamme de carnets… connectés, comme le Smart Writing Set et le Smart Notebook, Creative Cloud Connected. Grâce une application dédiée, vos notes et croquis réalisés sur papier sont immédiatement transformés en fichiers numériques, que vous pouvez ensuite retravailler. Incroyable, non ?

Un atelier d’écriture chez Les Mots – En 2018, j’écris !

Enfin des ateliers d’écriture qui font envie ! Inaugurée début 2017, cette école d’un nouveau genre intitulée simplement Les Mots, propose de perfectionner votre style, de développer votre imagination, de parfaire votre technique ou de raviver votre motivation littéraire, avec des ateliers adaptés à toutes les envies d’écritures : « Écrire par-delà les découragements », « Comment raconter une histoire », « Pastiches et Remake ! » ou encore « Déblocage – SOS plomber des mots grippés »… Le cadeau idéal pour ceux qui sont sujets à l’angoisse de la page blanche.

Un Ex-Libris personnalisé – Un livre à soi

« Le diable soit des gens qui par désinvolture, ne nous ont point rendu les livres empruntés. J’ai perdu tous les miens en semblable aventure : il ne me reste plus que ceux qu’on m’a prêtés. »

Cette citation bien connue, attribuée à Alexandre de Laborde, ferait un bon ex-libris, ce petit mot ou visuel tamponné sur la première page d’un livre pour en clamer la propriété. Mais Morgan Rospars en fait d’encore plus beaux et créatifs !

Cette talentueuse illustratrice et graphiste vous propose de laisser votre empreinte dans vos livres avec une collection d’ex-libris à tomber, qu’elle personnalise à votre nom, et la possibilité de créer un visuel entièrement sur-mesure. Il y a même une série de motifs inspirés de Twin Peaks, et une autre dédiée à Simone Veil. Un beau cadeau pour les lecteurs qui aiment toujours le toucher, l’odeur et le son des pages de papier.

[Testé et approuvé par Ecriveron, qui s’est offert un ex-libris sur mesure pour son dixième anniversaire !]

Le centre ne tiendra pas – Une rencontre avec Joan Didion

Le documentaire Joan Didion, le centre ne tiendra pas est sorti sur Netflix en novembre et fait un joli cadeau littéraire (les cartes cadeaux Netflix s’achètent un peu partout, ici par exemple).

Réalisé par Griffin Dunne, neveu de l’écrivaine, ce film mêle images d’archives et entretiens intimes avec Joan Didion et ses proches. Il retrace la vie de cette journaliste et écrivaine américaine culte, de ses débuts au Vogue américain à son retour sur sa côte Ouest dans les années 60, de son reportage sur le procès de Charles Manson à son portrait sombre de Dick Cheney dans The New York Review of Books, en passant, bien sûr, par ses romans : Une saison de nuits, Maria avec et sans rien, Un livre de raison… Aujourd’hui âgée de 83 ans, Joan Didion évoque la double tragédie de la perte consécutive de son mari, l’écrivain John Gregory Dunne, et de leur fille, Quintana. Elle raconte comment l’écriture de deux livres, L’Année de la pensée magique et Le Bleu de la nuit, lui ont permis de continuer à vivre. Un film bouleversant, que l’on ait lu Didion ou non.

Jours tranquilles, brèves rencontres – Un voyage à L.A. avec Eve Babitz

Attention, transition !

« À l’inverse de sa contemporaine Joan Didion, Eve Babitz ne regarde pas dans les abysses pour mieux les raconter. Ce qu’elle veut vous dire, c’est à quel point la lumière est belle hors des abysses. » (Le Guardian)

Figure du Los Angeles des sixties et seventies, c’est peut dire qu’Eve Babitz est cool. Elle a joué aux échecs (nue) avec Marcel Duchamp, Jim Morrison a écrit une chanson pour elle et l’artiste Ed Ruscha lui a fait longtemps la cour… entre autres. Mais plus que cool, Eve Babitz est brillante. Après des débuts comme artiste et photographe, auteur de pochettes d’albums pour The Byrds ou Buffalo Springfield, cette lectrice avide devient reporter. Elle met sa plume fine et décapante au service de Rolling Stone, Village Voice, Vogue, Esquire… En parallèle, elle écrit des livres (L.A. Woman, Eve’s Hollywood, ou encore Jours tranquilles, brèves rencontres, le seul à avoir été traduit en français) dans lesquels se mêlent autobiographie et roman, sensibilité extrême et humour ravageur. Quoi de mieux pour illuminer l’hiver gris, qu’un peu des palmiers de L.A. sous le sapin ?

[Pour offrir ces livres, nous vous recommandons de faire un tour sur Paris Librairies, ce formidable portail qui permet de trouver ou de commander n’importe quel livre dans une librairie parisienne, pour soutenir ces commerçants passionnés plutôt que les grands groupes dématérialisés.]

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.